Jusqu'où irons nous ?

Nos préoccupations actuelles de dirigeants d’entreprises sont justes. Nous devons assurer la pérennité de ces sociétés dont nous avons la responsabilité.

 

Il nous faut bien évidemment être attentif à rester compétitif sur nos marchés, il nous faut aussi respecter l’investissement de nos actionnaires, le bien être des collaborateurs, mettre en place tous les instruments d’une bonne gouvernance efficace et préserver l’environnement. Vaste mission !

 

Il ne faut certainement pas passer à côté de notre mission première qui nous a été dévolue.

 

Aujourd’hui, nous sommes à la veille d’un changement de modèle de marché. L’intelligence artificielle a commencé son évolution exponentielle. Pour ne citer que quelques exemples, nous connaissons tous les tondeuses et aspirateurs automatiques, les voitures qui détectent les piétons, ou encore une gestion automatisée d’un stock sans intervention humaine.

 

Et franchement, je salue ces progrès. Cependant ces progrès ne seront bénéfiques que si nous pourrons en mesurer tous les impacts. Financier, de confort, de performance.

 

Tous les départements de nos vies seront touchés par ces futures découvertes.

 

Nous sommes à l’aube d’un bouleversement profond de certaines de nos professions. A titre d’exemple, les professions comptables seront totalement modifiées ; Il sera fini le temps de passer son temps à vouloir encoder les factures et mêmes à vouloir sortir des reporting et outils budgétaires. Il va falloir chercher la valeur ajoutée de cette profession autre part. Ces professionnels devront devenir des « professionnels high tech aux gants blancs » qui n’interviendront plus que dans des domaines de compétences ultra précis.

 

Les professions juridiques seront aidées par des bases de données performantes qui écriront des conclusions en faisant référence à une jurisprudence en constante évolution. Ici aussi, leurs valeurs ajoutées devront muter vers d’autres secteurs d’excellences.

 

L’intelligence artificielle et la robotisation ne cesseront de se performer et d’aider les hommes et les femmes à mieux accomplir leurs missions.

 

Le débat entre robotisation, intelligence artificielle et maintien de nos emplois est complexe et nécessite à lui seul de lui consacrer un moment important. Nous en connaissons tous les enjeux, nous pouvons bien sur débattre de ce sujet actuel mais je crains que nous soyons trop tard.

 

Le vrai débat qui doit désormais avoir lieu est celui de l’évolution de cette intelligence artificielle dans les emplois de demain, soit dans les dix prochaines années. C’est effectivement l’enjeu du moment pour nous, pour nos enfants et le futur de notre organisation humaine.

 

Je voudrais vous faire part d’une petite expérience que j’ai vécue le mois dernier. Il me fallait absolument envoyer un colis en express pour l’international. J’ai appelé une compagnie de renommée mondiale pour répondre à ma demande.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai constaté que je faisais face à une voix informatisée et sans aucune sensibilité. J’ai du choisir mes options oralement et avec un certain stress que cette charmante opératrice virtuelle ne reconnaisse pas ma voix, mes choix. Ce n’est qu’au bout de plus de cinq minutes que je suis parvenu à m’exprimer auprès d’une employée qui cette fois pouvait réellement comprendre ma préoccupation du moment.

 

J’ai raccroché et me suis posé la question de savoir si nous passions à côté de quelque chose ?

 

Jusqu’où irons-nous ?

 

Nous dirigeants d’aujourd’hui et de demain avons nos responsabilités qui nous ont été assignées, et nous avons désormais aussi une responsabilité différente, celle de maintenir une organisation professionnelle efficace tout en veillant à ce que cette intelligence artificielle qui ne cesse d’avancer ne gagne son combat au profit de la qualité des relations humaines.

 

Nous dirigeants, dans la recherche des diminutions des coûts et d’augmentation de la profitabilité devons veiller à ne pas dénaturer l’essentiel.

 

Peu importe tous les progrès que nous effectuerons, les hommes et les femmes d’expériences constituent la plus grande richesse et donc le plus grand capital exploitable pour une entreprise.

Comme tous les systèmes, l’intelligence artificielle a ses limites. Aujourd’hui, compte tenu des avancées technologiques, de mes connaissances et de ma sensibilité, il me semble que cette intelligence artificielle ne puisse pas remplacer la valeur ajoutée représentée par le savoir faire des collaborateurs d’une organisation. Qu’elle soit familiale, privée ou même publique.

 

Dans l’ensemble des projets que je mène, je met continuellement en perspective les progrès du futur et l’équilibre humain. Je ne nie pas les progrès, que du contraire j’y fais face. Je les accueille avec enthousiasme et en apprécie les effets bénéfiques de la rentabilité de nos entreprises. Je ne peux cependant pas m’empêcher de penser que nos enfants doivent impérativement s’y préparer.

 

Je suis convaincu que dans moins de dix ans, c’est à dire juste demain, notre modèle de fonctionnement économique aura été profondément modifié.

 

Nous ne pouvons pas empêcher le progrès et je ne le souhaite pas ! Nous devons très justement être conscient de ses impacts pour les générations futures.

 

Spécialisé dans les fusions et les cessions d’entreprises familiales, je consacre une large partie de mon temps à organiser et structurer une société pour qu’elle puisse être transmise dans les meilleures conditions au cédant. Il ne faut jamais perdre de vue que la cession la mieux réussie est celle où il y a une réelle histoire pour l’acheteur.

 

Et demain ?

 

Désormais, cette histoire passera par une prise de conscience que cette intelligence artificielle ne cesse d’avancer chaque jour. Et il ne suffit pas de le dire, il faut le vivre chaque jour, être en éveil permanent, être passionné par ce sujet.

 

C’est pour moi un énorme défi qui se présente de veiller à cette profitabilité qui assure la pérennité de nos emplois, du maintien de l’outil, des objectifs des actionnaires et d’accompagner le progrès.

 

Dans chaque projet de transmission d’entreprise, je mets en avant le business plan établi par le management. C’est ce document qui sert de feuille de route à la progression de vos affaires et à augmenter vos parts de marchés.

 

Gérer c’est prévoir et plus encore dans le cadre d’une entreprise en cours de transmission. C’est justement à ce moment qu’il ne faut pas baisser les bras. Donner une vision, une stratégie, du corps, c’est aussi apporter de la valeur au projet. Pour vous, pour le repreneur et pour l’ensemble de vos collaborateurs.

 

Il vous faut inclure les progrès de l’intelligence artificielle dans ce business plan et tous les processus internes de fonctionnement. C’est devenu impératif si vous souhaitez que votre entreprise puisse faire face à demain.

 

Tenir compte du respect de votre organisation humaine tout en ne négligeant pas les futurs progrès de l’intelligence artificielle est un vrai défi ! Soyons visionnaire dans les évolutions futures et anticipons l’organisation de notre structure.

 

Cette prise de conscience contribuera à l’amélioration de la rentabilité de votre entreprise et de sa position concurrentielle.

 

Je vous engage à mener une réelle réflexion au sein de votre structure. L’intelligence artificielle est déjà dans nos vies. Ne vous faites pas dépasser par vos concurrents dans ce domaine.

 

Je reste à votre disposition pour en parler de vive voix en tenant compte des spécificités de votre projet.